Concert: Ensemble Ombre et Soleil

Erimtan Müzesi, Ankara

Concert organisé en partenariat avec l’Institut français et le musée Erimtan.

Billets en vente prochainement.

Ombre et soleil – l’âge du baroque raffolait des contrastes, que ce soit des ruptures, des changements d’affects en musique ou des scènes de clair-obscur dans les arts visuels. Attaché à ce principe de faire coexister les contraires, l’ensemble Ombre et Soleil allie le doux son du traverso et de la viole de gambe à la brillance du timbre du violon, du clavecin et de la mandoline afin d’obtenir une unité musicale dynamique.

Les musiciennes se sont rencontrées pendant leurs études de musique ancienne à Berlin et Genève, mais la fondation de l’ensemble a eu lieu lors d’une académie dans l’inspirante ville italienne de Urbino pendant l’été 2009.

Biographies

La spécialité de Constanze Chmiel est la flûte ancienne : la flûte à bec ainsi que le traverso. Avec ces deux instruments, elle joue de la musique de la Renaissance jusqu’à la période Classique. Pendant ses études à Berlin (Universität der Künste) dans la classe de Christoph Huntgeburth et à Genève (Haute École de Musique) dans les classes de Gabriel Garrido et de Serge Saïtta, elle a obtenu plusieurs diplômes artistiques et pédagogiques. Elle a également approfondi sa formation en participant à de nombreuses master classes, notamment avec Marc Hantaï, Han Tol et Dorothée Oberlinger. En plus de son parcours musical, Constanze Chmiel possède un Master en Musique et Allemand (littérature et langue) obtenu à Berlin. En tant que membre de plusieurs formations de musique de chambre, elle a participé aux Concerts Fringe à Utrecht et est arrivée finaliste au concours Händel à Göttingen (avec ombre et soleil). En 2014, elle a été invitée à faire une résidence pendant l’Académie Baroque de Montfrin avec l’ensemble Ebálides, basé à Genève. Constanze se produit régulièrement avec des ensembles tels que Gli Invaghiti, La Camerata Rousseau, l’ensemble Elyma (dir. Gabriel Garrido)  ainsi que dans divers festivals aux  côtés de Chiara Banchini, François Nicolet, Hadrien Jourdan, Bertrand Cuiller ou encore Jonathan Rubin.

Stéphanie Houillon a été, depuis son plus jeune âge, initiée à la musique. Elle débute la mandoline à l’âge de 12 ans à l’école de musique de Haguenau, puis se perfectionne auprès du professeur Juan Carlos Muñoz au conservatoire d’Esch-sur-Alzette où elle obtient son diplôme supérieur en mandoline et mandoline baroque avec distinction. Parallèlement, elle décide de se tourner vers l’étude de la viole de gambe au conservatoire d’Ettelbrück (Luxembourg) dans la classe de Michel Igisch. Elle se perfectionne actuellement en musique ancienne à la Haute Ecole de Musique de Genève dans la classe de viole de Guido Balestracci. Elle est également bénéficiaire de la bourse Michelle et a obtenu en 2012 le « Prix Rotary de la musique » à Esch/Alzette (Luxembourg). Par ailleurs, elle a collaboré dans plusieurs projets avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg ainsi que la Philharmonie franco-allemande au Festival de Bayreuth. En 2013, elle s’est produite en tant que soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Luxembourg dans le concerto pour mandoline de J. N. Hummel. Elle prend également part à de nombreuses masters-class internationales de musique ancienne, notamment avec Paolo Pandolfo, Jordi Savall…

Amandine Solano débute le violon à l’âge de 6 ans au Conservatoire de Perpignan. Elle intègre la classe de Christian Rouquié qui l’initie à la musique ancienne. Bien que recevant un enseignement moderne, elle participe plusieurs fois par ans à des master-classes de violon baroque avec des musiciens tels que Philippe Couvert, Patrick Bizmuth, Manfredo Kraemer, François Fernandez, Odile Edouard, Enrico Onofri et Florence Malgoire, et développe alors son travail sur l’interprétation de la musique ancienne, et sur instrument d’époque. Après avoir obtenu un Bachelor de violon moderne au pôle supérieur de Toulouse, elle décide de se consacrer entièrement à la musique ancienne et rejoint la classe de Florence Malgoire à la Haute Ecole de Musique de Genève, où elle obtient son Master de Violon Baroque avec la plus haute récompense et les Félicitations du jury. Amandine collabore avec des ensembles tels que La Cappella Mediterranea, Genève Baroque, Elyma, La Sinfonie Bohémienne, Os Musicos de Capella, Clematis, Le Palais Royal, La Camerata Rousseau, Les Dominos, et se produit régulièrement en concerts de musique de chambre aux côtés de Patrick Bismuth, Serge Saitta, Florence Malgoire, Gilles Thomé, Maria Cristina Kiehr… Elle participe à plusieurs enregistrements avec Les Arts Florissants, Orkestra Petronius, Arte Mandoline, Cappella Mediterranea, Clematis… Elle est également membre fondateur de l’ensemble Le Petit Trianon, spécialisé dans la musique des 18ème et 19ème siècles.

En 2014, Amandine obtient le premier Prix au Concours International de violon baroque Principe Francesco Maria Ruspoli, à Vignanello, Italie, et est invitée à donner des récitals au Danemark, en Italie et au Brésil. Amandine joue sur un violon de Aegidius Klotz de 1777.

Ada Tanir est née à Ankara, Turquie. Après des études de piano et de musicologie au Conservatoire National de sa ville, elle part pour Berlin, Allemagne, afin d’étudier la théorie de la musique dans la classe de Jürgen Ganzer à la Haute École de Musique « Hanns Eisler ». C’est ici qu’elle commence à jouer du clavecin. Après avoir reçu son diplôme de théorie de la musique, elle s’inscrit dans la classe de Mitzi Meyerson (Universität der Künste Berlin), puis chez Christian Rieger (Folkwang Universität der Künste Essen), où elle obtient un Master de clavecin et basse continue. Parallèlement à ses activités de soliste, de continuiste et de professeur, elle participe à de nombreuses créations contemporaines au clavecin, au piano et au synthétiseur. En 2007, elle gagne avec son ensemble Berlinois le premier prix de composition et d’interprétation contemporaine à la « Hanns Eisler ». Elle est membre fondateur de l’ensemble Ombre et Soleil ainsi que de l’ensemble festina lente, avec lequel elle gagne le second prix au concours international de musique ancienne « Biagio Marini » en 2011.

Concert organisé en partenariat avec l’Institut français et le musée Erimtan.

Billets en vente prochainement.

Ombre et soleil – l’âge du baroque raffolait des contrastes, que ce soit des ruptures, des changements d’affects en musique ou des scènes de clair-obscur dans les arts visuels. Attaché à ce principe de faire coexister les contraires, l’ensemble Ombre et Soleil allie le doux son du traverso et de la viole de gambe à la brillance du timbre du violon, du clavecin et de la mandoline afin d’obtenir une unité musicale dynamique.

Les musiciennes se sont rencontrées pendant leurs études de musique ancienne à Berlin et Genève, mais la fondation de l’ensemble a eu lieu lors d’une académie dans l’inspirante ville italienne de Urbino pendant l’été 2009.

Biographies

La spécialité de Constanze Chmiel est la flûte ancienne : la flûte à bec ainsi que le traverso. Avec ces deux instruments, elle joue de la musique de la Renaissance jusqu’à la période Classique. Pendant ses études à Berlin (Universität der Künste) dans la classe de Christoph Huntgeburth et à Genève (Haute École de Musique) dans les classes de Gabriel Garrido et de Serge Saïtta, elle a obtenu plusieurs diplômes artistiques et pédagogiques. Elle a également approfondi sa formation en participant à de nombreuses master classes, notamment avec Marc Hantaï, Han Tol et Dorothée Oberlinger. En plus de son parcours musical, Constanze Chmiel possède un Master en Musique et Allemand (littérature et langue) obtenu à Berlin. En tant que membre de plusieurs formations de musique de chambre, elle a participé aux Concerts Fringe à Utrecht et est arrivée finaliste au concours Händel à Göttingen (avec ombre et soleil). En 2014, elle a été invitée à faire une résidence pendant l’Académie Baroque de Montfrin avec l’ensemble Ebálides, basé à Genève. Constanze se produit régulièrement avec des ensembles tels que Gli Invaghiti, La Camerata Rousseau, l’ensemble Elyma (dir. Gabriel Garrido)  ainsi que dans divers festivals aux  côtés de Chiara Banchini, François Nicolet, Hadrien Jourdan, Bertrand Cuiller ou encore Jonathan Rubin.

Stéphanie Houillon a été, depuis son plus jeune âge, initiée à la musique. Elle débute la mandoline à l’âge de 12 ans à l’école de musique de Haguenau, puis se perfectionne auprès du professeur Juan Carlos Muñoz au conservatoire d’Esch-sur-Alzette où elle obtient son diplôme supérieur en mandoline et mandoline baroque avec distinction. Parallèlement, elle décide de se tourner vers l’étude de la viole de gambe au conservatoire d’Ettelbrück (Luxembourg) dans la classe de Michel Igisch. Elle se perfectionne actuellement en musique ancienne à la Haute Ecole de Musique de Genève dans la classe de viole de Guido Balestracci. Elle est également bénéficiaire de la bourse Michelle et a obtenu en 2012 le « Prix Rotary de la musique » à Esch/Alzette (Luxembourg). Par ailleurs, elle a collaboré dans plusieurs projets avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg ainsi que la Philharmonie franco-allemande au Festival de Bayreuth. En 2013, elle s’est produite en tant que soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Luxembourg dans le concerto pour mandoline de J. N. Hummel. Elle prend également part à de nombreuses masters-class internationales de musique ancienne, notamment avec Paolo Pandolfo, Jordi Savall…

Amandine Solano débute le violon à l’âge de 6 ans au Conservatoire de Perpignan. Elle intègre la classe de Christian Rouquié qui l’initie à la musique ancienne. Bien que recevant un enseignement moderne, elle participe plusieurs fois par ans à des master-classes de violon baroque avec des musiciens tels que Philippe Couvert, Patrick Bizmuth, Manfredo Kraemer, François Fernandez, Odile Edouard, Enrico Onofri et Florence Malgoire, et développe alors son travail sur l’interprétation de la musique ancienne, et sur instrument d’époque. Après avoir obtenu un Bachelor de violon moderne au pôle supérieur de Toulouse, elle décide de se consacrer entièrement à la musique ancienne et rejoint la classe de Florence Malgoire à la Haute Ecole de Musique de Genève, où elle obtient son Master de Violon Baroque avec la plus haute récompense et les Félicitations du jury. Amandine collabore avec des ensembles tels que La Cappella Mediterranea, Genève Baroque, Elyma, La Sinfonie Bohémienne, Os Musicos de Capella, Clematis, Le Palais Royal, La Camerata Rousseau, Les Dominos, et se produit régulièrement en concerts de musique de chambre aux côtés de Patrick Bismuth, Serge Saitta, Florence Malgoire, Gilles Thomé, Maria Cristina Kiehr… Elle participe à plusieurs enregistrements avec Les Arts Florissants, Orkestra Petronius, Arte Mandoline, Cappella Mediterranea, Clematis… Elle est également membre fondateur de l’ensemble Le Petit Trianon, spécialisé dans la musique des 18ème et 19ème siècles.

En 2014, Amandine obtient le premier Prix au Concours International de violon baroque Principe Francesco Maria Ruspoli, à Vignanello, Italie, et est invitée à donner des récitals au Danemark, en Italie et au Brésil. Amandine joue sur un violon de Aegidius Klotz de 1777.

Ada Tanir est née à Ankara, Turquie. Après des études de piano et de musicologie au Conservatoire National de sa ville, elle part pour Berlin, Allemagne, afin d’étudier la théorie de la musique dans la classe de Jürgen Ganzer à la Haute École de Musique « Hanns Eisler ». C’est ici qu’elle commence à jouer du clavecin. Après avoir reçu son diplôme de théorie de la musique, elle s’inscrit dans la classe de Mitzi Meyerson (Universität der Künste Berlin), puis chez Christian Rieger (Folkwang Universität der Künste Essen), où elle obtient un Master de clavecin et basse continue. Parallèlement à ses activités de soliste, de continuiste et de professeur, elle participe à de nombreuses créations contemporaines au clavecin, au piano et au synthétiseur. En 2007, elle gagne avec son ensemble Berlinois le premier prix de composition et d’interprétation contemporaine à la « Hanns Eisler ». Elle est membre fondateur de l’ensemble Ombre et Soleil ainsi que de l’ensemble festina lente, avec lequel elle gagne le second prix au concours international de musique ancienne « Biagio Marini » en 2011.

Bookmark the permalink.

Comments are closed.